Élections présidentielles et législatives

Élections présidentielles et législatives

La CSF fait paraître le nouveau numéro de son magazine ’NOUS’. Vous pouvez consulter le sommaire sur le site de la Confédération nationale.

L’éditorial de ce nouveau numéro, publié ci-après, est rédigé par Aminata Koné, Secrétaire Générale de La Confédération Syndicale des Familles

 

!!! TOUS AUX URNES !!!

Les 23 et 7 mai prochains, auront lieu les élections présidentielles, suivies quelques semaines après, des législatives. C’est donc une année importante, qui aura des conséquences déterminantes pour celles à venir.

Les élections récentes, dans d’autres pays comme aux États Unis, ou à venir en France ou en Allemagne, ne semblent pas présager un avenir radieux pour les familles populaires et les plus fragiles d’entre nous.

Dans un contexte de crise générale, où finance, repli et populisme dominent, les pauvres, les minorités, les enfants, les femmes, les hommes qui fuient leurs pays en guerre deviennent les boucs émissaires de ceux qui se laissent convaincre, intoxiquer par les propos haineux de certains leaders utilisant leur peur pour obtenir des voix et tenter d’accéder au pouvoir.

Nous devons résister à ces replis même si régulièrement des baromètres de la confiance politique nous disent combien la relation entre politique et citoyen est sinistrée. La dernière publication souligne que 89 % des français pensent que les responsables politiques ne se préoccupent pas de leur avis et 78 % déclarent avoir des opinions négatives de la politique.

Ces niveaux très élevés de défiance s’auto-alimentent avec l’actualité notamment ces violences policières contre une catégorie de population et qui sont la traduction de l’inégalité entre citoyens des quartiers populaires et la police. Les faits qui se sont déroulés à Aulnay-sous-bois sont d’une gravité exceptionnelle, inacceptables pour tout citoyen ayant besoin d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, ’une police garante des libertés et de la sécurité publique.

Il y a urgence, urgence à re-souder la société autour du bien commun. L’État garant des droits humains, doit renforcer la portée du pacte républicain face aux enjeux du vivre-ensemble en répondant aux besoins cruciaux des familles : accès à l’emploi, au
logement, à une école de la réussite et lutter résolument contre les discriminations, un fléau qui n’affecte pas seulement ceux qui en sont victimes, mais bien la société tout entière qu’elle fissure en profondeur.

Ne nous trompons pas, de choix, ni laisser les autres le faire à notre place.

Ces élections ne doivent pas avoir pour seul objet l’élection d’un président à la tête du pays, les débats qui les précèdent doivent être l’occasion pour les militants de se mobiliser au niveau des communes, des quartiers, de nos associations pour éclairer les familles afin d’influer sur les choix qui vont guider les politiques publiques pendant les années venir. A nous de faire bouger nos élus en leur disant le type de société que nous voulons, une société plus juste et plus fraternelle !

Aminata Koné
Secrétaire Générale

COUVNOUS216en200